Sevrage nicotine et crises de larme

Question posée par Anonyme 04/10/2010

Bonjour, j'ai cessé de fumer il y a un mois. Depuis, j'ai des moments où je ressens une grande tristesse et je pleure davantage en ayant de la difficulté à reprendre le contrôle sur cette crise de larme. Est-ce un symptôme normal? Combien de temps avant de voir cet état disparaître?

Merci!

Suivre la discussion |
| Signaler

1 réponse

Réponse de costes Seuls des experts peuvent répondre aux questions des internautes. Ce membre ne fait plus partie de la communauté des experts Ooreka. Cependant, nous conservons sa réponse pour garantir la cohérence de la discussion. En savoir plus.

Le 04/10/2010

L'arrêt du tabac peut effectivement conduire à un symptôme de stress et de "spleen", en effet la nicotine agit en réduction de stress et en calmant. Le manque peut donc se traduire par une hyper-émotivité.
Sachez néanmoins que tous les symptômes du sevrage tabagique s'estompent après 4 à 6 semaines, et disparaissent après 8 à 12 semaines. Il s'agit donc de tenir bon, et d'éventuellement vous aider en prenant un carreau de chocolat quand vous sentez la crise de larme venir, ou utiliser des anti-stress naturels. Ma copine, par exemple, utilise le Rescue du Dr Bach, un spray à base de fleurs (Hélianthème pour les peurs paniques, Impatiente pour la précipitation, Clématite pour rester bien présent quelle que soit la situation, Star of Bethleem), disponible en phamacie et parapharmacie. Il existe beaucoup de produits naturels similaires, qui peuvent vous aider. Mais quoi qu'il en soit, demandez conseil à votre pharmacien ou parapharmacien pour trouver le produit qui vous convient.



Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !