/ / /
/

le cannabis peut il donnée des fourmillements ?

le cannabis peut il donnée des fourmillements ?

Question posée par Zeer 06/02/2017

Bonjour je vous écris car après avoir fumé avec des potes du shit j'ai été pris De fourmillements dans Le Bras droit et ensuite vers la gauche légèrement, je précise que j'ai déjà fais en 2015 un ECG normal , une échographie du coeur normal une radio du thorax normal aussi..un scanner cérébral normal ..une irm cervicale normale .. je suis perdu .. des fois je ressens dès picotements sur le visage et des brûlures..des douleurs de tête sur les tempes et derrière la tête j'en ai assez... mon médecin me dit anxieux.. j'ai fait des prises de sang pour diabète..RAS non plus.. j'ai fait un bilan d'hypertension artérielle.. rien non plus selon l'hôpital.. Le reins aussi.. RAS.. j'ai 21 ans seulement et j'aimerais vivre ma vie tranquille.. j'ai aussi des espèces de vertiges du genre ma tête veux tomber.. depuis 2 ans .. et des douleurs au thorax quand je m'étire ou une certaine position.. ça craque.. m'enfin je suis désespéré aidez moi svp...vous êtes mon dernier espoir de trouvé une solution ca fait longtemps que je traîne ceci svp..

Suivre la discussion |
| Signaler

3 réponses d'expert

marion alisse

psychanalyste | psychothérapie sceaux - psychanalyse et psychoth

Expert

Le 07/02/2017

Bonjour,

Vous êtes extrêmement angoissé car vous poser plusieurs questions différentes. Depuis combien de temps fumez-vous du cannabis? Est-ce la première fois?

La consommation de cannabis a des répercussions importantes sur la santé car il produit davantage de gaz carbonique que la cigarette. Elle entraîne des symptômes respiratoires (bronchites chroniques, cancer oesophage, cancer de la gorge, cancer des poumons), des troubles neurologiques (problèmes de mémoire, de motivation, augmentation de l'anxiété et des bouffées délirantes, troubles de l'attention, agressivité, diminution des performances cognitives et psychomotrices). La consommation de cannabis peut développer des troubles psychologiques ou des maladies mentales (schizophrénie, hallucinations, psychose).

Pour en revenir à votre question "Le cannabis peut-il donner des fourmillements", on sait aujourd'hui que certaines personnes peuvent développer une intolérance au cannabis: 1% de la population soit 40 000 Français. On observe chez ces personnes des plaques rouges sur la peau, les yeux qui piquent, la bouche qui démange, une gêne respiratoire et des fourmillements.

Je pense que vous devriez consulter un allergologue pour vérifier si vous êtes allergique au cannabis ou pas. Il vous fera un test cutané. Ensuite, il pourra vérifier si vous n'êtes pas allergiques aux agrumes (citron, orange, pamplemousse).

Puisque la consommation de cannabis semble augmenter augmenter vos angoisses, le mieux, c'est d'arrêter d'en consommer et de retrouver une meilleure hygiène de vie. En effet, vous êtes jeune, 21 ans, c'est quand même dommage de commencer à détruire sa vie juste pour faire plaisir aux copains. En effet, personne ne réagit de la même manière face à la consommation de drogue. Chez certaines personnes cela ne leur fait rien tandis que chez d'autres, cela crée des problèmes beaucoup plus importants.

Consultez donc un allergologue, le médecin spécialisé dans les allergies, il pourra vous dire rapidement si vous êtes allergique au cannabis.

Bon courage.

emma rahari

psychologue | ecoute active, approche humaniste

Expert

Le 08/02/2017

Bonjour,

Il apparaît que vous avez multiplié les examens pour trouver une origine physique à vos sensations et douleurs avec pour résultats le fait que votre corps est en parfait état.
Mais avez-vous pensé à regarder du côté du domaine psychologique ? Votre médecin vous décrit comme une personne anxieuse et vous dites être "désespéré". Je pense aussi que vous devez voir ce qui chez vous provoque ces états de vertiges, maux de tête et douleurs au thorax qui peuvent être les signes d'un état d'angoisse important.
Les picotements engendrés par la prise de cannabis ont sans doute réveillé chez vous une peur incontrôlable (peur de la mort ?).
Je vous conseille de rencontrer un psychologue afin de pouvoir mettre des mots sur vos ressentis, voire un hypnothérapeute afin de gérer vos angoisses ou un addictologue afin de vous rassurer peut-être quant aux conséquences de cette prise de cannabis.

N'hésitez pas à m'en dire plus par message privé.

Bien cordialement,

Emma R.
http://www.psy-montpellier-emma-rahari.fr/

DJ
dr anouar jarraya /tunis tunisie

psychiatre psychothérapeute sexologue | cabinet médical (adultes & enfants)

Expert

Le 12/02/2017

Dr Anouar Jarraya psychiatre psychothérapeute Tunis Bjr Zeer
Vous avez à peine 21 ans et vous sortez à peine de l'adolescence et vous ne dites rien de ce voyage psychologique : vous êtes arrivé mais en quel état?
vous êtes vous posé la question existentielle "qui suis-je? D'où je viens? Où je veux aller?
Vous vous étalez complaisamment avec un luxe de détail sur les manifestations physiques sans incriminer un instant la drogue, pen-ché que vous êtes sur le défilé de vos manifestations que vous (vous) racontez, et la longue série d'explorations que vous aviez subies
Je comprends que cet étalage sur-détaillé peut vous soulager ou impressionner les autres un moment-il ne résout pas le problème des motivations (anxieuses) qui vous poussent à vous sentir tribu-taire du regard supposément complaisant des autres
il vous appartient de vous pencher très sérieusement et très diffé-remment sur votre passé : apprenez à faire face à vos problèmes plu-tot qu'à les fuir ("Et fuyez l'infini que vous portez en vous")
Consultez un psy et apprenez à connaitre puis à affronter vos problèmes car personne ne va le faire pour vous
Courtoisement



Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !