Test de Fagerström

Écrit par les experts Ooreka

Évaluez votre degré de dépendance à la nicotine

Test de Fagerström

Questionnaire test de Fagerström

Questions Réponses Pointage
  • 1- Combien de temps après votre réveil fumez-vous votre première cigarette ?
  • Dans les premières 5 minutes.
  • Entre 6 et 30 minutes.
  • Entre 31 et 60 minutes.
  • Après 60 minutes.
  • 3
  • 2
  • 1
  • 0
  • 2- Trouvez-vous difficile de vous abstenir de fumer dans les endroits où c'est interdit ?
  • Oui
  • Non
  • 1
  • 0
  • 3- À quelle cigarette vous est-il plus difficile de renoncer ?
  • La première le matin.
  • N'importe quelle autre.
  • 1
  • 0
  • 4- Combien de cigarettes fumez-vous par jour ?
  • 10 ou moins
  • 11 à 20
  • 21 à 30
  • 31 et plus
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 5- Fumez-vous plus fréquemment durant les premières heures après le réveil que pendant le reste de la journée ?
  • Oui
  • Non
  • 1
  • 0
  • 6- Fumez-vous même si une maladie vous oblige à rester au lit presque toute la journée ?
  • Oui
  • Non
  • 1
  • 0
TOTAL

Interprétation des résultats du test de Fagerström

Résultat au test de Fagerström :

  • 0 à 2 points : pas de dépendance à la nicotine.
  • 3 à 4 points : faible dépendance à la nicotine.
  • 5 à 6 points : dépendance moyenne à la nicotine.
  • 7 à 10 points : forte ou très forte dépendance à la nicotine.

Fumer rapidement la première cigarette est un indicateur important de dépendance physique (a fortiori si vous fumez la nuit).

Pour le nombre de cigarettes fumées, multipliez par 2 si vous fumez des roulées, des cigarillos ou des tubes...

Important : le test de Fagerström détermine la dépendance physique à la nicotine, il ne doit pas être le seul indicateur de votre attachement à la cigarette.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !