Sommaire

Le tabagisme passif est l'un des risques du tabac, provoquant soit une dépendance au tabac, soit des troubles ou maladies allant jusqu'au cancer.

Lire l'article Ooreka

Le tabagisme passif en quelques chiffres

Le tabagisme passif, c'est :

  • 4 000 substances chimiques (nicotine, irritants, monoxyde de carbone) dont plus de 50 cancérigènes qui s'insinuent partout dans l'atmosphère ;
  • une aggravation des maladies existantes et le développement de nouvelles maladies chez le non-fumeur exposé à la fumée ;
  • une forte hausse des infections respiratoires chez les enfants (bronchites, sinusites, rhinites, otites, etc.) ;
  • pour l'adulte :
    • + 25 % de risques d'accident cardiaque,
    • + 25 % de risques de cancers du poumon,
    • + 50 % des cancers des sinus ;
  • le tabagisme du fœtus, même lorsque la mère n'est elle-même qu'une fumeuse passive (c'est une cause de mort subite du nourrisson) ;
  • plusieurs milliers de décès de non-fumeurs chaque année en France (6 000 à 8 000 personnes) liés au tabagisme (et environ 890 000 dans le monde).
  Qu'avez-vous pensé de la vidéo ?  

Tabagisme passif : autant de risques que pour un fumeur

On considère qu'une personne qui n'a jamais fumé de sa vie peut encourir des troubles de la santé si elle vit en permanence en présence de fumeurs de cigarette, cigare ou pipe.

La fumée de cigarette se décompose en trois courants :

  • Un courant principal, celui que le fumeur inspire.
  • Un courant secondaire, celui qui se répand dans l'atmosphère et qui est inspiré par le fumeur passif.
    • Cette fumée provient principalement du bout incandescent de la cigarette.
    • Elle est plus toxique que la fumée inhalée directement par le fumeur. En effet, la combustion plus incomplète et à plus basse température engendre une fumée beaucoup plus concentrée en agents toxiques (benzène, monoxyde de carbone, etc.).
  • Un courant tertiaire, lorsque le fumeur expire. Il s'agit des microparticules restées en suspension dans l'air qui se déposent un peu partout sur les différentes surfaces (cheveux, peau, mobilier, vêtements, etc.). Cette fumée tertiaire est responsable du tabagisme dit « ultra-passif ».

L'atmosphère confinée d'une pièce accroît encore la pollution atmosphérique de l'environnement.

Personnes touchées par le tabagisme passif

Les fumeurs involontaires sont toutes les personnes qui partagent leur lieu de vie avec un fumeur. On est exposé au tabagisme passif à tout âge et sur des durées bien plus longues que lors d'une pollution atmosphérique extérieure.

  • Les jeunes enfants, les adolescents et même les animaux domestiques qui vivent dans une pièce close avec un fumeur subissent l'impact nocif sur leur propre santé d'un air domestique concentré en produits toxiques (en 2004, les enfants représentaient 28 % des décès imputables au tabagisme passif et les personnes ayant été exposées à la fumée de cigarette au cours de l’enfance ont un risque supérieur de 31 % de décéder de BPCO).
  • Les femmes enceintes qui fument doivent prendre conscience que leur bébé est un fumeur passif (avec de très nombreuses conséquences, dont, entre autres, une obstruction bronchique chez les enfants asthmatiques). De même, à la naissance, le bébé ne devrait jamais être mis en contact avec des fumeurs.
Lire l'article Ooreka

Lutter contre le tabagisme passif

Depuis 2007, il est interdit de fumer sur son lieu de travail. Dans la pratique, la législation n'est pas toujours respectée au pied de la lettre dans l'entreprise. Pour cela, il faudrait mettre en place tout un dispositif afin d'effectuer des contrôles réguliers.

Le contexte professionnel a souvent incité nombre de cadres et d'employés à commencer à fumer ou à augmenter leur consommation :

  • la cigarette et ses shoots de nicotine représentent une solution (illusoirement) efficace pour relâcher la pression face aux différentes sortes stress liés au travail ;
  • enfermés à longueur de journée dans des pièces peu ou mal aérées, les non-fumeurs sont de véritables fumeurs passifs : certains ont choisi de fumer plutôt que d'être passivement intoxiqués.

C'est pour lutter contre cela que la législation est venue restreindre l'usage de la cigarette.

Tabagisme passif : protection des non-fumeurs

Depuis plusieurs années, la législation fait en sorte de limiter le tabagisme passif :

LÉGISLATION ANTI-TABAGISME PASSIF
Décret du 15 novembre 2006
  • Ce décret durcit la tendance qui veut partager les locaux en zones fumeurs et non-fumeurs. Cette fois, il s'agit plus d'interdire aux fumeurs de s'adonner à leur tabagisme dans tout endroit public et clos.
  • Ce décret reprend les bases de la loi Évin en y ajoutant quelques modifications, comme l'extension des lieux non-fumeurs : tous les lieux fermés sont concernés s'ils sont du domaine public (restaurants, bars, hôtels, etc.).
  • Le salarié qui ne respecte pas l'interdiction de fumer dans une entreprise peut être redevable d'une amende pouvant aller jusqu'à 450 €. Quant au responsable de l'entreprise qui ne fait pas respecter la législation par ses salariés, il peut être amené à payer jusqu'à 750 € d'amende.
  • Il existe encore des exceptions notamment l'aménagement, non d'une zone ouverte, mais d'une zone fermée dédiée aux fumeurs. L'employeur doit alors respecter un certain nombre de points comme :
    • aménager un local spécifique,
    • veiller à une aération et un système de ventilation strict de cet espace qui soit aux normes avec la législation en vigueur,
    • signaler de façon visible (à l'aide de panneaux) les endroits strictement non-fumeurs et ceux accueillant les fumeurs.
Depuis le 01/02/2007 Il est interdit de fumer dans les lieux publics, écoles, lycées, magasins, entreprises.
Depuis le 01/01/2008
  • L'interdiction est élargie aux cafés, tabacs, casinos, cercles de jeu, hôtels, restaurants, discothèques.
  • Ces établissements peuvent installer des « fumoirs strictement réglementés » dans lesquels le personnel ne peut entrer, il n'y a pas, non plus, la possibilité d'y boire ou d'y manger.
  • Ces « fumoirs » ne peuvent être aménagés au sein des établissements d'enseignements publics et privés ainsi que des établissements de santé.
  • Une amende de 75 € frappera les contrevenants à l'interdiction, de 150 € à 1 500 € pour les responsables des établissements.
Décret du 25 avril 2017 Suite aux mesures de la loi n° 2016-41 sur notre système de santé, l'usage de la cigarette électronique (vapotage) est interdit dans certains lieux publics (établissements scolaires et établissements destinés à l'accueil, à la formation et à l'hébergement des mineurs, moyens de transport collectif fermés, lieux de travail fermés et couverts à usage collectif), à compter du 1er octobre 2017.
Lire l'article Ooreka