Syndrome de sevrage

Écrit par les experts Ooreka

Arrêter de fumer est une étape importante qui nécessite de franchir la difficile étape du sevrage. Que ce soit pour les stupéfiants, l'alcool, ou le sevrage tabagique, il est nécessaire de se faire aider durant cette période.

Syndrome de sevrage : définition

Dans le vocabulaire médical, le terme de sevrage indique que l'on se débarrasse d'une dépendance, d'une addiction comme :

  • l'alcool ;
  • la drogue (stupéfiants ou cigarette) ;
  • les médicaments (exemple : les antidépresseurs créent une dépendance et il est important dans ce cas d'arrêter progressivement) ;
  • la nourriture ;
  • le jeu (lorsqu'il y a une addiction), etc.

C'est l'inaptitude à pouvoir se passer d'une substance ou d'un automatisme qui s'avère nuisible pour l'individu (et son entourage).

La période de sevrage est la durée, plus ou moins longue, pendant laquelle une personne dépendante peut manifester des symptômes de manque. Le but est alors de ne pas rechuter en consommant la substance durant la période de sevrage.

Symptômes du syndrome de sevrage

Les principaux symptômes, physiques et psychologiques, qui apparaissent lors du sevrage sont variables d'un individu à l'autre selon :

  • son degré de dépendance (fort ou faible ?) ;
  • sa volonté et sa motivation pour s'en sortir ;
  • le type de substance (drogue douce ou drogue dure ?) ;
  • le soutien dont elle dispose (soutien médical, familial, groupes de soutien, etc.) ;
  • ses conditions de vie : la période de sevrage est bien plus difficile chez une personne en grande difficulté matérielle, sans emploi ou venant de perdre un proche, etc.

Voici une liste non exhaustive des troubles ressentis lors du sevrage :

Syndrome de sevrage : les symptômes
Sevrage tabagique
  • Nervosité.
  • Anxiété.
  • Troubles du sommeil (insomnies, cauchemars, etc.).
  • Stress.
  • Troubles de l'appétit (boulimie, grignotages, etc.).
  • Envie soudaine d'allumer une cigarette.
  • Parfois, phénomène de compensation (ex. : on remplace la cigarette par l'alcool et l'on créé une dépendance à l'alcool).
Sevrage drogue On retrouvera les mêmes symptômes que pour le fumeur de tabac, mais avec certaines drogues on peut avoir des crises plus aiguës de manque avec :
  • des tremblements ;
  • des sueurs ;
  • des convulsions ;
  • des nausées ;
  • un état émotionnel anarchique (ex. : forte émotivité, agressivité, tristesse, etc.) ;
  • dépression.

Attention ! Tous ces symptômes disparaîtront dès que la période de sevrage sera terminée.

Surmonter le syndrome de sevrage

Pour éviter de se dire « c'est trop difficile » et de rechuter, il est utile de compenser la souffrance que pourrait représenter cette période de sevrage. Pour ce faire, on peut se faire aider par différents types de soutien :

Les soutiens pendant le sevrage
Soutien médical Visite médicale obligatoire avec un programme précis de sevrage et une aide médicamenteuse pour limiter les troubles liés au sevrage.
Soutien de groupe
  • On fait appel, lors de fortes dépendances, à des groupes de discussion.
  • Parler de ses préoccupations, de ses peurs, de ses angoisses auprès de personnes partageant le même objectif (arrêter de fumer) peut être un appui non négligeable.
Soutien de la famille
  • Mettre tout le monde dans la confidence et se faire aider dans le quotidien est aussi mettre plus d'atouts de son côté :
    • Qui appeler en cas de symptômes impressionnants (laisser un numéro de médecin à portée de main) ?
    • Qui appeler en cas d'envie de rechuter ?
    • Quel médicament prendre en cas de convulsions ? etc.
  • Votre famille doit pouvoir réagir au quart de tour sans avoir à chercher les informations partout.

Syndrome de sevrage : quelques conseils

Une fois passée la période de sevrage, les symptômes disparaissent et l'on se sent nettement mieux. L'envie de fumer a disparu.

Il est important de ne pas oublier que la première cigarette reprise (ou la première prise de drogue, ou le prochain verre d'alcool...) pourra vous faire retomber dans la dépendance d'autrefois.

Si vous n'êtes pas absolument certain que votre rapport à la substance n'est plus à risque, le mieux est de ne pas tenter le diable et de ne jamais en reprendre.

Attention ! Être sevré n'est pas définitif et une personne qui a un coup dur n'est pas à l'abri de rechuter 2, 3 ou 10 ans plus tard.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
gabriel choukroun

ostéopathe d.o. - ostéopathie émotionnelle | osteomind consult

Expert

PN
philippe nguyen

psychologue | philippe nguyen

Expert

gisèle watbled

sophrologue, expert: acouphène,sommeil, parkinson | cabinet de consultation sophrovie.g.w.

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.