Arrêter de fumer : les substituts gestuels

Sommaire

Il existe trois types de substitut gestuel pour la cigarette : la cigarette sans tabac, la fausse cigarette et la cigarette électronique.

Arrêter de fumer grâce à un substitut gestuel

Le substitut gestuel permet de conserver la gestuelle liée à la cigarette et d'occuper ses mains sans introduire ni tabac ni nicotine dans l'organisme.

Autres avantages des substituts gestuels :

Lire l'article Ooreka
Qu'avez-vous pensé de la vidéo ?

Substituts gestuels : efficacité contestée

Les substituts gestuels agissent sur la dépendance comportementale, mais pas sur la dépendance physiologique : ils ne sont qu'une béquille psychologique.

C'est un moyen « rassurant » pour arrêter de fumer, mais le taux de réussite est très faible : les risques de rechute sont donc importants quand on enlève la fausse cigarette et qu'il ne reste plus rien.

Cette méthode, en plus d'être coûteuse, a un autre inconvénient : le fumeur conserve la gestuelle et le mode de vie qui va avec.

Tableau comparatif des 3 types de substituts gestuels

LES DIFFÉRENTS SUBSTITUTS DE CIGARETTE
Substituts gestuels Avantages Inconvénients Prix indicatifs
Cigarette sans tabac
  • Adaptée lorsqu'il y a surtout une dépendance comportementale liée à la gestuelle de la cigarette.
  • Ne contient pas de nicotine et on a le plaisir du geste sans le problème d'addiction à la nicotine.
  • Pas de risques cardio-vasculaires.
  • Tant que l'on conserve la gestuelle, on conserve la dépendance à la cigarette, même si ce n'est qu'une cigarette sans tabac.
  • Ce type de cigarette est tout de même nocif : avec la combustion, le fumeur respire la fumée et absorbe donc des substances toxiques (goudrons et monoxydes de carbone).
  • L'odeur n'est pas très agréable. De même, si l'on en fume beaucoup, la gorge peut être irritée.
  • Déconseillée chez les femmes enceintes ou allaitantes.
3 à 5 € environ le paquet.
Fausse cigarette
  • Adapté lorsqu'il y a surtout une dépendance comportementale liée à la gestuelle de la cigarette.
  • Ne contient pas de nicotine et l'on a le plaisir du geste sans le problème d'addiction à la nicotine.
  • Il n'y a pas de risques cardio-vasculaires.
  • Pas de combustion et pas de fumée nocive.
  • Une variété de parfums pour tous les goûts.
  • Acceptée dans les lieux publics (avantage remis en question ces dernières semaines).
  • Tant que l'on conserve la gestuelle, on conserve la dépendance à la cigarette, même si ce n'est qu'une cigarette sans tabac.
Très chère : de 2 à 5 € unitaire (soit plus de 40 € pour l'équivalent de 20 fausses cigarettes).
Cigarette électronique
  • Adapté lorsqu'il y a surtout une dépendance comportementale liée à la gestuelle de la cigarette.
  • Ne contient pas de nicotine et l'on a le plaisir du geste sans le problème d'addiction à la nicotine.
  • Permet de garder des dents saines et préserve les ongles du jaunissement.
  • Tant que l'on conserve la gestuelle, on conserve la dépendance à la cigarette, même si ce n'est qu'une cigarette sans tabac.
  • L'étude est encore en cours sur les composants de la cigarette électronique.

Bon à savoir : selon diverses études américaines, les cigarettes électroniques augmentent le risque d'attaques cardiaques de 56 %, celui d'AVC et de troubles respiratoires chroniques de 30 % et celui de troubles circulatoires de 44 % ; elles augmenteraient même les risques de faire une dépression ou de souffrir de troubles de l'anxiété.*

Très chère : de 10 à 35 € (les modèles jetables étant les moins chers, les autres fonctionnent avec des recharges qui coûtent environ 5 € pour 10 recharges).

Toutefois, de son côté, l'Académie nationale de médecine réaffirme l’utilité de la cigarette électronique en tant qu’aide au sevrage : « la vaporette moins dangereuse que la cigarette aide à l’arrêt et à la diminution de la consommation de tabac. 700 000 fumeurs ont décroché grâce à elle ». Les académiciens encourageant même les sujets désireux d’arrêter de fumer : « ils ne doivent pas hésiter », la e-cigarette est « un produit utile à l’arrêt du tabac et qui a fait ses preuves » (source : Académie nationale de médecine, 11 décembre 2019).

Lire l'article Ooreka