Sommaire

La principale difficulté lors du sevrage du tabac est de surmonter la dépendance à la nicotine dont les principaux symptômes apparaissent dans les 24 heures suivant l'arrêt.

Sevrage du tabac : une question de semaines !

Les symptômes liés au sevrage du tabac s'atténuent en 2 à 4 semaines et disparaissent en 6 à 8 semaines. Cependant l'envie de fumer peut réapparaître à tout moment pendant plusieurs années. Cela correspond au souvenir de la vie passée avec la cigarette, c'est une envie de fumer faible.

Il ne suffit que d'une seule cigarette pour réactiver la dépendance. Il est donc important de tenir le coup pendant les crises de manque qui se manifestent par une envie puissante de fumer qui accapare l'esprit pendant 4 à 5 minutes. Mais le sevrage peut également avoir d'autres répercussions...

Qu'avez-vous pensé de la vidéo ?  

Sevrage et irritabilité

Selon le degré de dépendance à la nicotine, en arrêtant de fumer certaines personnes peuvent ressentir une nette augmentation de leur nervosité et de leur irritabilité, qui se traduisent par des sautes d'humeur.

Conseils :

  • Les substituts nicotiniques peuvent permettre de contrer cette nervosité en diffusant régulièrement de faibles doses de nicotine dans l'organisme et de réguler ainsi la production de dopamine. Il semblerait que les fumeurs soient plus susceptibles de réussir à arrêter de fumer s’ils utilisent des patches plus fortement dosés en nicotine ou des chewing-gums plus fortement dosés.
  • Se défouler en faisant du sport.

Les substituts nicotiniques inscrits sur la liste des médicaments remboursables sont pris en charge, sur prescription, par l'Assurance Maladie à hauteur de 65 %, sans plafond annuel ni avance de frais.

Sevrage du tabac : augmentation de l'appétit et prise de poids

Pendant le sevrage, les hommes prennent en moyenne 3 à 4 kg contre 2 à 3 kg chez les femmes, prise de poids qui correspond la plupart du temps au rattrapage du sous poids lié au tabac.

De nombreux fumeurs constatent une nette augmentation de leur appétit lorsqu'ils arrêtent de fumer. Ces fringales passagères ou permanentes correspondent à 2 phénomènes :
  • le retour du goût et de l'odorat, c'est le retour de la gourmandise ;
  • le report affectif de la cigarette sur la nourriture ;
  • le manque de nicotine.
Conseils :
  • boire de l'eau, équilibrer son alimentation, varier ses menus et découvrir de nouvelles saveurs ;
  • faire du sport ;
  • prendre un substitut nicotinique.

L’utilisation combinée d’un patch de nicotine et d’un autre type de substitut nicotinique à action rapide (chewing-gum ou pastilles) augmenterait de 15 à 36 % la probabilité de réussite du sevrage tabagique par rapport à l’utilisation d’un seul type de substitut.

Sevrage et troubles du sommeil

Fréquemment les personnes ayant arrêté de fumer constatent pendant les premières semaines :
  • des difficultés à trouver le sommeil ;
  • des sommeils moins réparateurs ;
  • des réveils plus précoces.

Sevrage du tabac : toux et mal de gorge

Lorsque l'on arrête de fumer les différentes muqueuses anesthésiées par la fumée retrouvent leur sensibilité et deviennent dans certains cas hypersensibles. Cette réaction est parfaitement naturelle et s'estompe d'elle-même en quelques semaines.