Sevrage héroïne et opiacés

Écrit par les experts Ooreka

Tout comme pour le sevrage tabagique ou le sevrage du cannabis, le sevrage de l'héroïne, de l'opium ou de la cocaïne est une étape difficile lorsqu'on arrête de fumer de la drogue (ou d'en prendre sous toute autre forme). Il entraîne l'apparition de différents troubles appelés syndrome de sevrage.

Sevrage héroïne, opium, cocaïne : une nécessité absolue

La consommation d'héroïne et d'autres opiacés est très dangereuse pour la santé est très addictive. Cette dépendance va, de plus, entraîner des conséquences non négligeables chez le toxicomane, notamment :

  • des états de manque répétés avec des symptômes de plus en plus difficiles à supporter ;
  • des troubles du comportement ;
  • la nécessité de s'approvisionner qui peut entraîner des problèmes financiers et des risques eu égard à la justice ;
  • des problèmes relationnels (ex. : famille, travail...), etc.

S'arrêter ou aider un proche à le faire est donc le mieux à faire pour le toxicomane.

Méthode pour se sevrer de l'héroïne et des opiacés

La volonté et la motivation d'arrêter de fumer de l'héroïne ou de l'opium ne suffisent pas à réussir son sevrage. Pour cela, il est indispensable d'être soutenu.

Plusieurs moyens existent :

  • L'aide médicale :
    • se faire suivre par un toxicologue ou addictologue qui pourra prescrire à son patient des médicaments pour atténuer les symptômes du sevrage, parmi lesquels la buprénorphine (Subutex) ou la méthadone (très addictive) ;
    • passer par un centre de désintoxication, par exemple l'APTE (Aide et prévention des toxico-dépendances par l'entraide) : une association de loi 1901 qui fait un travail remarquable pour aider les toxicomanes.
  • Le suivi psychologique : psychologue, groupes de parole, etc.
  • L'aide de l'entourage : famille, amis, collègues de bureau, etc.

Effets du sevrage de l'héroïne et autres opiacés

Les principaux effets que l'on a pu constater sur les patients en période de sevrage se manifestent environ 6 à 12 heures après la dernière consommation.

Ce sont sont notamment :

  • douleurs physiques (ex. : lombalgies) ;
  • nervosité et agitation ;
  • sudation excessive ;
  • vomissements ;
  • diarrhées ;
  • dysfonctionnement intestinal ;
  • hypertension ;
  • accélération du rythme cardiaque ;
  • dilatation des pupilles ;
  • troubles du sommeil, etc.

Ces symptômes varient d'un individu à l'autre.

À noter : on a constaté que les symptômes de sevrage étaient moins forts chez l'adolescent que chez l'adulte, ce qui est peut-être lié à la durée de consommation de l'individu et à son degré de dépendance.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
claude andurand

hypnothérapeute, thérapie brève, orienté solutions | cabinet de psychothérapie

Expert

DJ
dr anouar jarraya /tunis tunisie

psychiatre psychothérapeute sexologue | cabinet médical (adultes & enfants)

Expert

MH
michelle hartemann

professeur agrégé de lettres classiques formateur

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.