Sommaire

Pour arrêter de fumer, il est possible de faire appel à des méthodes médicamenteuses anti-tabac : le tabacologue ou médecin traitant peut délivrer sur ordonnance différents médicaments tels que le Bupropion ou la Varénécline.

Qu'est-ce que le Bupropion ?

Contrairement à ce qu'on pense, le Bupropion (ou Zyban®) n'est pas un antidépresseur. L'un des constituants de ce médicament a des effets antidépresseurs, mais le dosage utilisé dans le Bupropion ne permet pas de traiter la dépression.

Il permet en revanche :

  • de prolonger artificiellement les effets de la dopamine naturellement sécrétée par l'organisme ;
  • et ainsi de neutraliser la sensation de manque provoquée par le sevrage tabagique.
Lire l'article Ooreka
Qu'avez-vous pensé de la vidéo ?

Posologie du Bupropion

Ce médicament est délivré uniquement sur ordonnance médicale. Il est impératif de signaler tout autre traitement médicamenteux en cours à son médecin afin d'éviter toute réaction d'intolérance ou effet secondaire indésirable.

Le traitement par Bupropion se présente ainsi :

  • 2 comprimés matin et soir ;
  • pendant 7 semaines maximum.

Le traitement est débuté 8 à 10 jours avant la date d'arrêt de la cigarette.

Lire l'article Ooreka

Efficacité de ce médicament anti-tabac

Cette méthode est au moins autant efficace que les substituts nicotiniques. Elle diminue seulement le besoin physique de fumer, mais n'agit pas sur la dépendance comportementale à la cigarette.

Ce type de médicament peut permettre un arrêt complet du tabac en 2 à 7 semaines. On observe entre 10 à 20 % de taux de réussite du sevrage avec le Zyban® ou le Bupropion.

Avantages du Bupropion

Le Bupropion a des aspects positifs :

  • Il est possible de commencer le traitement avant d'arrêter de fumer.
  • Ce médicament de contient pas de nicotine.
  • Il peut être associé aux substituts nicotiniques pour de meilleurs résultats.
  • La prise est facile.

Inconvénients du Bupropion

Ce traitement ne doit pas être utilisé pour soigner les états dépressifs.

Le premier inconvénient est l'efficacité à long terme du Bupropion. En effet, on observe un important taux de rechute dans les 6 mois suivant la fin du traitement.

Autres effets secondaires, dans certains cas :

  • insomnie, maux de tête, anxiété ;
  • sécheresse buccale ;
  • troubles digestifs : nausée, constipation, vomissement ;
  • troubles cutanés : irritation, rougeurs, sueur, éruptions ;
  • crises d'épilepsie ou convulsions (en cas d'intolérance grave au principe actif).

Mais si l'on en croit, la revue Prescrire dans son édition 2020 du « Bilan des médicaments que Prescrire conseille d'écarter pour mieux soigner », la bupropione ne serait pas plus efficace que la nicotine et exposerait à des troubles neuropsychiques (dont des agressivités, des dépressions, des idées suicidaires), des réactions allergiques parfois graves (dont des angiœdèmes, des syndromes de Stevens-Johnson) et des dépendances.

Le Bupropion est déconseillé en cas de troubles psychiatriques, de sevrage alcoolique ou de grossesse (il présente des risques de malformations cardiaques congénitales en cas d’exposition in utero, indique la revue Prescrire).